Appel urgence

Exiger l’organisation des élections n’est pas un crime : la Synergie Ukingo Wetu (SUWE) exige la
libération sans condition de 33 activistes de la Coalition des Associations de la Société Civile (CASC)
arrêtés à Goma le 30 septembre 2017 pour avoir exigé la publication du calendrier électorale.
La Synergie Ukingo Wetu (SUWE), en tant que mécanisme local de protection du Nord-Kivu, est très
préoccupée et consternée par les arrestations répétitives en RD Congo et particulièrement dans la
Province du Nord-Kivu, une situation qui salie l’image du Pays qui se dit démocratique et Etat des
droits.
Le dernier cas d’arrestation en masse est celui de trente-trois activistes parmi lesquels 29 Garçons et
4 Filles de la Coalition des Associations de la Société Civile, en sigle CASC, à Goma dans la matinée du
samedi 30 Septembre 2017. Ces derniers ont été arrêtés par la Police alors qu’ils manifestaient pour
exiger à la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), la convocation du corps électoral
conformément à l’accord du 31 Décembre 2016 conclu entre la Majorité Présidentielle, l’opposition
et la société civile sous les auspices de la CENCO, un organe de l’Eglise Catholique.
La Police a arrêté ces activistes devant le bureau de la CENI alors qu’ils essayaient de déposer un
mémorandum demandant la convocation du corps électoral. Ils ont été placés en garde à vue au
cachot de la Police d’investigation criminelle (PIC), un cachot souterrain où les visites par leurs
proches seraient monnayées par des Policiers.
Il sied de noter que d’après les informations parvenues à la SUWE, la manifestation qui a conduit à
l’arrestation de ces activistes a été organisée par la Coalition des Associations de la Société civile
(CASC), un réseau auquel fait partie la LUCHA (Lutte pour le Changement) dont les organisateurs de
la manifestation ont pris le soin d’informer les autorités urbaines de l’organisation de cette
manifestation pacifique conformément à la Constitution.
La SUWE constate avec regret que ce nième incident rentre malheureusement dans une dynamique
de répression orchestrée par les autorités de la RD Congo pour restreindre l’exercice des libertés
publiques, notamment la liberté des réunions et manifestations pacifiques, par les citoyens
Congolais. Les autorités congolaises devraient mettre fin immédiatement à cette répression et
garantir la décrispation par la libération de tous les prisonniers d’opinion.
Par ailleurs, la SUWE est hautement préoccupée par les conditions de garde à vie dans lesquelles ces
activistes sont placés. Il est inacceptable que des personnes dont le seul tort est d’avoir exigé l’organisation des élections soient traitées comme des criminels, détenues dans des conditions
inhumaines et privées de leurs droits élémentaires.
Face à cette situation épineuse qui ne fait que ternir l’image de la RD Congo, la SUWE exige :
1. Que les 33 activistes arrêtés à Goma le 30 Septembre soient libérés sans condition ;
2. Que les autorités s’abstiennent de restreindre les droits et libertés fondamentaux des
citoyens, en particulier le droit des manifestations pacifiques, dans la mesure où ils sont
exercés conformément à la loi.
Fait à Goma, le 02 octobre 2017
Les Organisations signataires.
1. ASADHO-Beni (Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme – Beni) ;
2. CADERCO (Centre d’Appui pour le Développement Rural et Communautaire) ;
3. CREDDHO (Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les Droits de
l’Homme) ;
4. CVPD (Coalition des Volontaires pour la Paix et le Développement) ;
5. FONAHD (Forum nationale des associations humanitaires et de développement) ;
6. GADHOP (Groupe d’Associations de Défense de Droit de l’Homme
et de la Paix) ;
7. SFVS (Synergie des Femmes pour les Victimes des Violences Sexuelles) ;
8. SOFEPADI (Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral) ;
9. FDAPID (Foyer de Développement pour l’Autopromotion des Pygmées et Indigènes
Défavorisés);
10. BEDEWA (Bureau d’Etude et d’Appui au Développement de Walikale) ;
11. AAP (Aide et Action pour la Paix)
12. FFC (Fonds pour la Femme Congolaise)/Goma ;
13. DFJ (Dynamique des Femmes Juristes) ;
14. SAUTI YA MAMA MUKONGOMANI ;
15. STHZ (Synergie Tutetee Haki Zetu) ;
16. CIDDHOPE (Cercle International pour les Droits de l’Homme, la Paix et l’Environnement) ;
17. PS (Protection et Solidarité) ;
18. FPJAD (Fondation Point de vue des Jeunes Africains pour le Développement) ;
19. APEFE (Action pour la Protection et l’Epanouissement de la Femme et de l’Enfant) ;
20. APDDH (Action pour la Protection et la Défense des Droits Humains) ;
21. Save the World and Handicapped (SWH).

Appel urgent_Exiger l’organisation des élections n’est pas un crime_ la SUWE exige la libération sans condition de 33 activistes arrêtés à Goma le 30 Septembre 2017

Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *