ASSASSINAT D’UN ENFANT PYGMEE ET SON PERE GRIEVEMENT BLESSE PAR BALLE PAR LES GARDES DU PARC NATIONAL DE KAHUZI BIEGA.

ASSASSINAT D’UN ENFANT PYGMEE ET SON PERE GRIEVEMENT BLESSE PAR BALLE PAR LES GARDES DU PARC NATIONAL DE KAHUZI BIEGA.

Sud-Kivu: Vendredi, 25/08/2017 assassinat d’un Enfant Pygmée et son Père grièvement blessé par balle dans le PNKB (Parc National de Kahuzi Biega) par les Gardes du Parc qui ont tiré sur les victimes à bout portant dont le fils MBONE est mort sur le champ et le Père NAKULIRE a réussi à prendre fuite jusqu’à son village Bunyungule avant de se retrouver à l’hôpital pour les soins appropriés. FDAPID (Foyer de Développement pour l’Autopromotion des Pygmées et Indigènes Défavorisés) déplore cette nième violation des droits humains des peuples autochtones Pygmées.
Selon les acteurs sur place, les victimes seraient à la recherche des plantes médicinales. C’est inadmissible de constater qu’au 21em siècle, les Gardes Parcs peuvent tuer les paisibles citoyens non armés en dépit de toutes les formations qu’ils subissent dans le cadre de la conservation communautaire.
C’est avec les larmes aux yeux que nous condamnons cette violation grave des droits humains et demandons en toute urgence que les auteurs soient traduit en justice pour répondre de leurs actes et pour qu’il y ait réparation.
Vicar Batundi Hangi.
Coordinateur National.

MORT D’UN AUTOCHTONE PYGMEE DANS LA PRISON DU DISTRICT POLICE  RUTSHURU EN PROVINCE DU NORD-KIVU, A L’EST DE LA RDC.

MORT D’UN AUTOCHTONE PYGMEE DANS LA PRISON DU DISTRICT POLICE RUTSHURU EN PROVINCE DU NORD-KIVU, A L’EST DE LA RDC.

C’est avec consternation que nous avons été alertés ce Lundi, 30 Janvier 2017 de la mort de Barigira Rugayu, un autochtone Pygmée de Burai dans le territoire de Rusthuru à plus ou moins 70 km de Goma, dans la Province du Nord-Kivu.
Selon des sources crédibles, la mort de Barigira Rugayu serait occasionnée par la torture subit dans La prison du District de Rutshuru par un agent de la Police/LNI. Tandisque, le Colonel de la place
contacté au téléphone, justifie cette mort innocente par l’empoisonnement des prisonniers à travers une ration alimentaire qui serait à la base de la diarrhée et que Barigira serait mort à hôpital. Pourtant, la famille de la victime venait de circuler dans toute les Prisons pendant plus de 48heures sans trouver des traces et ce n’est que ce Mardi, 31 Janvier que le corps a été retrouvé à la morgue de l’hôpital général de Rutshuru après presque une semaine de détention.
Il est déplorable de constaté cette unième mort après celle de Matungulu, un autre Pygmée succombé suite à la torture par Olimo Bienvenu de FARDC à Nyabiondo en Mars 2016.
Préoccupé par cette situation épineuse, nous demandons :
– L’autopsie avant l’inhumation du corps de Barigira Rugayu afin de permettre les enquêtes
approfondies sur les causes de ce décès pour que les responsabilités soient établies ;
– La justice réparatrice en faveur de la famille de la victime.
Pour le FDAPID-Hope for indigenous people.
BATUNDI HANGI Vicar
Coordinateur National

EDUCATION

EDUCATION

Nous avons créé une école primaire dénommée Tumaini, aujourd’hui 25 enfants Pygmées (19 Garçons et 6 Filles) y étudies mais les enseignants ne sont pas motivés parce que nous (parents des enfants) sommes extrêmement pauvre, nous nous retrouvons dans l’incapacité totale de payer les frais scolaire et d’acheter les fournitures scolaires, l’école elle-même est construite en bâche et les écoliers étudient en même le sol[:en]Nous avons créé une école primaire dénommée Tumaini, aujourd’hui 25 enfants Pygmées
(19 Garçons et 6 Filles) y étudies mais les enseignants ne sont pas motivés parce que
nous (parents des enfants) sommes extrêmement pauvre, nous nous retrouvons dans
l’incapacité totale de payer les frais scolaire et d’acheter les fournitures scolaires, l’école
elle-même est construite en bâche et les écoliers étudient en même le sol

SANTE

SANTE

Deux femmes ont accouchées dystociquement par césarienne en date du 27 Mars 2014 dans l’hôpital xx de Goma mais elles ont été chassées de l’hôpital avant l’ablation des fils de suture seulement parce que les responsablesde la structure sanitaire ont découvert qu’il s’agissait des femmes Pygmées qui ne seront pas capables de payer la facture des soins, signale Maman Asifiwe Buregeya.

+ Partage