LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE  ENVIRONNEMENTALES DU NORD-KIVU DEMANDE UN  REPORTAGE JUSTE ET EQUILIBRE POUR PROMOUVOIR LE  DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE AUTOUR DU PARC NATIONAL DES VIRUNGA

Objet : Notre réaction relative au reportage  du journaliste Hollandais BRAM VERMEULEN  

C’est avec grande consternation que nous, acteurs de la société civile environnementale de la Province du Nord-Kivu regroupés au sein du programme Green Livelihoods Alliance, venons d’apprendre que Monsieur BRAM VERMEULEN, journaliste Hollandais, a rendu public un article et reportage télévisé dans les médias intitulé « Maltraitance et humiliation dans le Parc des Virunga : « l’UE finance la violence ».

En effet, nous récusons le manque de professionnalisme et de subjectivité décriant qui ont animé ce journaliste du fait de n’avoir fait allusion qu’à certains défauts liés aux comportements individuels de certains écogardes sans démontrer les grandes réalisations dans le relèvement de la gestion du Parc National des Virunga et l’amélioration des conditions de vie des communautés locales, lequel article tend à ternir la qualité du travail bien fait réalisé par l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature.

Sur ce, par ce canal, nous portons à la connaissance de l’opinion publique tant locale, nationale qu’internationale que :

1) Les écogardes du Parc National des Virunga travaillent dans un contexte très délicat

En effet, le Parc National des Virunga est un domaine public de l’Etat congolais crée en 1925 dont l’ICCN a reçu mandat de gestion. Il s’étend du nord au sud sur plus de 800.000 ha et depuis 1994 il fait l’objet d’envahissements, de toute sorte, à grande échelle menaçant sa valeur biologique exceptionnelle, ce pourquoi il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial en péril (Cfr conclusions de la dernière réunion du comité du patrimoine mondial de BAKU). A ce jour, plusieurs groupes armés nationaux et étrangers y ont élit domicile dont les FDLR, les Mai Mai, les ADF-NALU, les Nyatura,… Ces derniers ne vivent que de l’exploitation des ressources naturelles avec très souvent la complicité de certaines catégories des communautés locales et des agents de sécurité. Dans ce climat, il  n’y a que les écogardes qui ont l’obligation quotidienne de protéger ce patrimoine naturel au prix de leur vie. Signalons qu’au cours de la dernière décenie plus 175 écogardes ont perdu la vie dans l’exercice de leurs fonctions dans des accrochages armés.  Ce pourquoi, nous condamnons le fait que ce journaliste a ignoré délibérément faire mention de ce contexte de travail très hostile et difficile dans lequel travaillent les écogardes, les obligeant d’observer à la loupe des consignes de sécurité individuelle et de protection civile très particulier pour la protection du PNVi et des communautés locales. Dans le cas de Vitshumbi, mentionné dans cet article, les écogardes ont certainement agit en légitime défense car très souvent les victimes ont soit porté des armes ou associées aux porteurs des armes au cours de la manifestation de Vitshumbi, d’ailleurs un écogarde est mort assassiné par balle et mutilé avant la riposte de ses compagnons ayant fait deux victimes parmi les manifestants (Quelle manifestation pacifique ?). Nous déplorons aussi le fait que ce journaliste n’a pas aussi fait mention qu’en date de la journée 06/12/2016, les Mai-Mai avaient attaqué la position des écogardes à Vitshumbi, et de justesse ces deniers réussirent à s’échapper abandonnant leur base mise à feu par ces miliciens.  D’autres attaques répétitives de ces genres ont été reportées dans d’autres postes de patrouille dans le Parc National des Virunga, au cours de deux dernières années. Par rapport au cas de Mugunga, les victimes auraient envahis un espace se trouvant dans la superficie du Parc et n’ont pas obtempéré à l’ordre de déguerpissement, ce malgré des avertissements.

2)     Les écogardes sont régis par des procédures juridiques et judiciaires strictes

En effet, nous condamnons cet article aussi pour le fait que son auteur ne fait aucunement pas mention aux normes juridiques auxquelles sont soumis les écogardes dans l’exercice de leurs fonctions. A ce sujet, il est important de signaler que la gestion du PNVi est assignée à l’ICCN dont les écogardes sont des agents sous statut de l’Etat congolais et les effectifs actuels ne dépassent pas 650 personnes. Les officiers écogardes sont en majorité des officiers de police judiciaire à compétence restreinte assermentés. Par ce fait, ils ont jurés de ne jamais faire obstruction à la justice. Ce pourquoi du monitoring effectué, nous avons constaté que toutes les fois que des éléments écogarde s’étant rendu coupables de crimes, ils ont été déférés par l’ICCN devant les juridictions compétente pour répondre de leurs actes. D’où, à ce jour au moins 9 écogardes ont été condamnés et purgent leurs peines à la prison centrale de Munzenze/Goma pour divers faits infractionnels individuels.

Pour terminer, nous lançon un appel à tous les journalistes et chercheurs ayant les mêmes ambitions, de développer la culture de chaque fois consulter suffisamment tous les acteurs  impliqués et de tenir compte des leurs avis de manière objective en vue de communiquer au grand publique un message qui reflète la réalité du terrain.

Fait à Goma, le 11 Septembre 2019

Pour la société civile environnementale regroupée au sein de la synergie Green Livelihood Alliance

Organisations Coordonateur Contacts
01. Centre de Recherche sur l’Environnement, la Démocratie et les

Droits de l’Homme (CREDDHO)

FLORENCE

SITWAMINYA

creddhocoordin@gmail.com 
02. Innovation pour le Développement et la Protection de la l’Environnement BANTU LUKAMBO idpe_kc@yahoo.fr 
03. Synergie Ukingo Wetu (SUWE) VICAR BATUNDI suwe.protection2014@gmail.com 
04. Innovation     et    Formation    pour      le

Développement et la Paix (IFDP)

JEAN BAPTISTE SAFARI jb.safari.bagula@ifdp.cd 
05. Centre d’Education pour la Protection de l’Environnement et le

Développement Durable (CEPED)

EDDY KAMBALE eddy.cepedrdc@gmail.com 
06. Alerte Congolaise pour l’Environnement et les Droits de l’Homme (ACEDH) OLIVIER NDOOLE acedh.alerte@gmail.com 
07. Fédération des Comités des Pêcheurs

Individuels du lac Edouard (FECOPEILE)

Josué MUKURA copeile_lac@yahoo.fr 

 

 

 

 

 

Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *