LETTRE OUVERTE DE LA SOCIETE CIVILE DU NORD-KIVU AU SUJET DE L’ARRIVEE IMMINENTE ANNONCEE DES ELEMENTS DES ARMEES DE L’OUGANDA, DU RWANDA ET DU BURUNDAIS EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO POUR LES OPERATIONS CONJOINTES.

ADRESSE A SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO A KINSHASA AVEC NOS HOMAGES LES PLUS DEFFERENTS.

 

Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, la coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu a l’honneur de vous approcher pour vous exprimer via cette lettre ouverte, sa position au sujet des opérations conjointes qui se préparent pour traquer les groupes armés à l’Est de la RDC.

C’est avec amertume que, la coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu a appris par la voie des ondes et autres sources officielles qu’une coalition régionale des forces armées Ougandaises, Rwandaises, Burundaises et de la Coalition américaine de l’AFRICOM seraient en train d’être mis en place pour traquer les groupes rebelles à l’Est de notre Pays, la RD Congo.

Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, la coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu, ne cesse de saluer votre volonté, celle de mettre fin à l’insécurité qui gangrène la République depuis 1993, causant ainsi des tueries incalculables et des violations graves des droits humains à l’égard des femmes, des enfants, des vieillards ainsi que des déplacements massifs et l’appauvrissement de la population.

Au demeurent, Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, la coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu,  ne souhaiterait pas vous voir pécher contre votre crédibilité en soutenant une initiative qui, jadis avait occasionnée des dégâts énormes dont les séquelles existent encore. Il s’agit entre autres, de la guerre de 6 jours à Kisangani, du 05 au 11 Juin 2000 entre les militaires Rwandais et Ougandais[1], l’échec des opérations Umoja wetu, Kimwa 1, Kimwa 2, etc. Le Président de l’UNC, parti membre du CACH et votre Directeur de cabinet, était contraint de démissionner de son poste du Président de l’Assemblée Nationale en Mars 2009, pour avoir  critiqué l’entrée de troupes rwandaises[2] sur le sol congolais.

Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, vous êtes très bien informé de la force de frappe des FARDC contre le Mouvement du 23 Mars (M23)[3] qui a été neutralisé définitivement avec l’appui de la Brigade d’Intervention de la MONUSCO en 2013. Seule la volonté politique compte pour imposer la paix à l’Est de notre Pays sans y faire entrer des forces étrangères des Pays limitrophes étant donné qu’elles sont citées dans plusieurs rapports, comme étant pas seulement des tireurs de ficèle mais aussi des auteurs principaux qui tirent profit de l’insécurité en RD Congo qui leur donne la possibilité de piller nos ressources naturelles. Recourir à ces trois Pays, c’est endosser la misère et la souffrance infligées au peuple Congolais.

Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, imaginez-vous les conséquences des opérations conjointes des forces armes des Pays qui sont en perpétuel conflit. Entre le Rwanda et le Burundi le courant ne passe pas. Le Rwanda et l’Ouganda se regardent à chiens défaillances. Comment ces Etats peuvent amener la paix en RDC alors que ça brule chez eux, n’est-ce pas une hypocrisie pour matérialiser le plan de balkanisation de notre Pays ou d’exacerber l’insécurité.

Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, la coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu, marque sa désapprobation totale contre toute alliance visant à amener des troupes étrangères sur le sol congolais surtout celles de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi dont les souvenir sont amères et les plaies continuent à saigner. Les âmes des victimes crient encore Justice, les orphelins et survivants demeurent dans la psychose, ce n’est pas le moment d’enfoncer les clous dans les blessures.

Le rapport Mapping des Nations Unies, les rapports de HUMAN RIGHTS WATCH et d’autres organisations des droits humains sont éloquents au sujet des violations graves des droits humains et du droit international humanitaire commis par les armées précitées en R D Congo.

Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, nous soulignons que la société civile du Nord-Kivu ne soutiendra jamais et alors jamais les opérations menées par les pyromanes déguisés en pompiers malgré les intentions.

Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, la coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu,  demande le retrait de la R D Congo de cet accord d’opérations conjointes. Il faut plutôt doter les FARDC des moyens conséquents et d’un contrôle rigoureux pour le rétablissement de la Paix tout en encourageant le désarmement et la démobilisation volontaire des groupes armés locaux.

Excellence Monsieur le Président de la République et Commandant Suprême, la coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu, demeure convaincue, que seule l’armée Congolaise et la MONUSCO à travers la brigade d’intervention sont capables de rassurer les populations du Nord-Kivu en ce qui concerne la recherche de la paix.

Dans les cas extrêmes de faire intervenir les armées étrangères, la société civile du Nord-Kivu suggère que la présidence de la République fasse recours aux forces de la SADEC ou à tout autre acteur qui ne vient pas de ces pays décriés.

Pour la coordination provinciale de la société civile forces vives du Nord-Kivu.

Ir John BANYENE BALINGENE

Président

[1] https://www.jeuneafrique.com/445984/politique/guerre-de-six-jours-a-kisangani-17-ans-apres-jeunes-nont-rien-oublie/

 

[2] http://www1.rfi.fr/actufr/articles/111/article_79530.asp

 

[3] https://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/rdc-les-raisons-de-la-defaite-du-m23_1296943.html

Add Your Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *